ASSEMBLEE GENERALE DU MEPAG DU 28 OCTOBRE 2021 AU CHATEAU DE PONT-CHEVRON A OUZOUER/TREZEE

ASSEMBLEE GENERALE DU MEPAG DU 28 OCTOBRE 2021 AU CHATEAU DE PONT-CHEVRON A OUZOUER/TREZEE

Hier soir, à 18 heures, Les adhérents du MEPAG se sont réunis pour leur Assemblée Générale Annuelle, en présence des Présidents de Communautés de Communes de GIEN, VAL DE SULLY, BERRY LOIRE PUISAYE, Maires, Elus, Présidents et membres de L’UDEL et de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

51 Entreprises étaient présentes ou représentées sur les 82 adhérents au MEPAG.

Lors de cette Assemblée Générale, les administrateurs suivants ont été renouvelés dans leur mandat :

-Madame Isabelle LAFFRA (AUCHAN),

-Monsieur FABIEN LEFRANCOIS (PIERRE FABRE),

-Monsieur LAURENT PUSSAT (DOTOMA BRICOMARCHE).

3 administrateurs ont souhaité arrêter leur mandat d’administrateur :

-Monsieur Dominique DE COURCEL (HOPITAL DE BRIARE)

-Monsieur Louis MARTIN (SOFIMA)

-Monsieur Jean POUILLART (GLOBE PLANTER)

3 nouveaux administrateurs ont été élus à l’unanimité :

-Madame AOIFE GALLAGHER (MARTIN DOW)

-Monsieur Jean-François DELSOL (ADB CONDITIONNEMENT)

-Monsieur Philippe MEYER (SGA MEYER)

La soirée s’est clôturée autour d’un apéritif suivi d’un diner très convivial.

LE MEPAG EN VISITE CHEZ BAYER SAS (SITE D’AUTRY-LE-CHATEL)

LE MEPAG EN VISITE CHEZ BAYER SAS (SITE D’AUTRY-LE-CHATEL)

Depuis 40 ans le site d’Autry-le-Châtel produit des semences de tomates et poivrons. La politique de qualité et de sécurité alimentaire menée sur le site en fait un centre reconnu au niveau mondial.

En 2014, le site d’Autry-le-châtel est devenu un Centre d’Excellence pour les solanums, variétés pré-commerciales (appelées Phase 4 pour les experts) : sur les 7,4 hectares de serres, 80% sont dédiés aux tomates et 20% aux poivrons. Chaque année, les semences de 300 à 500 variétés, nouvelles en majorité, sont produites à Autry-le-Châtel.

« Nous sommes un maillon de processus d’amélioration continue des variétés » indique Claude SCIACCALUGA, Directeur du site. « Sur le site, nous cultivons une multitude de types de tomates et poivrons. Nous sommes là pour relayer les travaux des sélectionneurs qui, par des croisements adaptés, cherchent à répondre aux attentes du marché en termes de résistance aux maladies, de productivité et de qualités gustatives ».

MISE EN PLACE DU COMITE LOCAL ECOLE-ENTREPRISE (CLEE)

MISE EN PLACE DU COMITE LOCAL ECOLE-ENTREPRISE (CLEE)

Le MEPAG a participé, ce 23 juin 2021 à la mise en place du Comité local École-Entreprise (CLEE).

Le CLEE est un lieu d’échanges sur les thématiques « emplois,  métiers & formations » entre les Entreprises du Pays du Giennois et les Établissements Scolaires.

Il constitue une force de proposition d’actions locales qui complètent les actions Départementales et Régionales.

Ouverture d’un centre de formation dédié aux métiers de l’industrie

Ouverture d’un centre de formation dédié aux métiers de l’industrie

Alors que les entreprises de l’Est du Loiret peinent à recruter sur certains postes en tension, un centre de formation dédié aux métiers de l’industrie devrait ouvrir ses portes à Nogent-sur-Vernisson. Une annonce qui réjouit plus d’un chef d’entreprise local.

L’information est tombée il y a quelques jours : un centre de formation dédié aux métiers de l’industrie devrait ouvrir prochainement à Nogent-sur-Vernisson, sur le site de l’équipementier automobile Faurecia.

Point de départ de ce projet : l’entreprise Faurecia, qui s’est rapprochée du Mouvement des entreprises du pays giennois (MEPAG) pour entamer un travail collaboratif sur des problématiques communes liées au recrutement. « Avec 92 entreprises représentant plus de 8 000 salariés, nous étions le bon interlocuteur pour chercher une solution collective, expose Gérard Cloix, le responsable Formation et Relations écoles – entreprises du MEPAG. Nous avons tout de suite répondu positivement. Nous avons des difficultés de recrutement identiques, il était donc très intéressant de travailler ensemble. »

Une analyse précise des besoins en main-d’œuvre des entreprises locales

L’idée ? Créer des formations mutualisées entre les bassins d’emploi du bassin giennois et de Montargis qui répondraient aux besoins des entreprises des deux zones. Et pour être certain de bien cibler le projet, le MEPAG a décidé, en priorité, d’élaborer une gestion territoriale des emplois et des compétences (GTEC) sur les deux bassins, pour travailler sur une photo précise et actualisée des besoins des entreprises. « Nos entreprises rencontrent de vrais problèmes de recrutement pour certains métiers, par exemple, en maintenance, en conduite de lignes de production, commente Gérard Cloix. Il était donc indispensable de passer par une étape d’expression des besoins des entreprises, puis d’identifier les formations à proposer en face. On ne peut faire quelque chose de sérieux et d’efficace que si l’on part d’une expression précise des besoins de formation. » Le MEPAG a déjà expérimenté le process de la GTEC qu’il connaît donc bien : « Notre première GTEC date de 2011. Nous avions participé à la création du BTS Maintenance au lycée Marguerite-Audoux à Gien. L’établissement propose aujourd’hui de réaliser cette formation en alternance. C’est ce qui booste les jeunes ! »

Le centre de formation se situerait sur le site de production de l’entreprise Faurecia, à Nogent-sur-Vernisson, dans un bâtiment de 3 000 m² entièrement réaménagé. « Installer un centre de formation à mi-chemin entre Gien et Montargis, c’est idéal pour former des jeunes et les garder sur le territoire, souligne le responsable formation du MEPAG. Quand on ne trouve pas la formation qui nous intéresse là où l’on habite, on part la faire ailleurs et, en général, on trouve du travail sur place et on ne revient pas ! Des formations adaptées aux besoins des entreprises locales fixent les jeunes. »

Le centre de formation serait polyvalent et adapté à diverses activités économiques. Il s’adresserait également à différents publics. Aux jeunes, certes, mais aussi aux personnels déjà en poste souhaitant développer leurs compétences et évoluer au sein de leur entreprise. « Nous souhaitons mutualiser le centre de formations avec d’autres industries, au-delà de nos bassins d’emploi respectifs, pour pouvoir avancer sur la montée en compétences des personnels. L’union fait la force ! Derrière, il y a un engagement fort des entreprises locales. »

Ce projet a suscité l’intérêt des collectivités locales, la Région Centre-Val de Loire en premier lieu. Une prise de conscience de l’enjeu que représente le développement des formations sur les territoires, pour une réponse concrète et locale aux besoins des entreprises. Et un signal fort adressé aux acteurs économiques du Giennois et du Montargois !

Par Estelle Cuiry (L’EPICENTRE)